L’endobiogénie, la plante médicinale et Le Sentier … toute une histoire !

Le Sentier est ravi de vous transmettre quelques connaissances acquises au Mexique, après le « Congrès international dédié à la médecine intégrative » dite « endobiogénie ».
Ces connaissances vont de pair avec les activités du Sentier, qui sont essentiellement tournées vers la plante comestible et médicinale.

L’Endobiogénie c’est quoi ?

C’est une réunion d’outils dans un arsenal thérapeutique, c’est ainsi une médecine intégrative ou le malade est désintégré aux niveaux social, anthropologique et physiologique. Cette médecine est personnalisé au niveau cellulaire et génétique.

C’est donc une médecine personnalisée et non de la personne !!
De ce fait, il est nécessaire de différencier l’« Agresseur » qui est le déclencheur comme le virus de la grippe et la « Cause » qui est la physiologie du patient comme les points faibles du malade qui feront qu’il ne pourra pas lutter contre le virus de la grippe.

L’endobiogénie soigne donc la « Cause ».
Cette médecine intègre donc le patient dans sa réactivité par rapport aux différentes agressions et l’étudie dans sa globalité avec sa spécifique et sa structure.

Et la plante dans tout ça ?

L’origine de « tout » c’est la plante, car elle peut être alimentaire et médicinale.

De nos jours, avec la médecine clinique, nous avons un usage moderne de la plante médicinale mais depuis longtemps l’homme sélectionne des plantes pour se soigner. C’est pourquoi, l’éducation alimentaire peut aussi passer par la plante, qui est alors une première étape du soin, pour une bonne santé au quotidien, car :

  • Certaines plantes sont toxiques, il est important de faire attention lors des cueillettes.
  • La plante est intéressante car elle respecte la physiologie de l’organisme contrairement à une molécule chimique de synthèse.
  • La plante est importante pour l’hygiène de vie de l’organisme.
  • L’extraction naturelle de la plante médicinale est très bonne pour l’organisme.
  • La notion de « totum » de la plante est fondamentale car le tout est supérieur à l’usage de chacune des parties de la plante.
  • L’usage de la plante ne pollue pas, à l’inverse du médicament de synthèse qui peut polluer, comme la pilule contraceptive qui se retrouve diluée dans les eaux des lacs, provoquant chez les poissons une transformation massive du genre masculin en féminin.

Nous arrivons ainsi à la notion de développement durable !!

La médecine moderne n’est accessible qu’à un seul humain sur cinq sur terre. L’usage des plantes médicinales notamment dans l’endobiogénie est essentiel. Toutefois, notre planète compte plus de 500000 espèces végétales et seulement la moitié sont répertoriées. Seulement 22000 plantes sont d’usages traditionnels et la pharmacopée compte 2500 plantes médicinales. De plus, dans notre quotidien, simplement 200 plantes sont disponibles et peuvent être prescrites par les médecins. Ce qui ne fait pas beaucoup quand nous connaissons le nombre de personnes malades et désireuses de soins efficaces.

Par conséquent, la plante médicinale dans son usage fait sens car elle est :

  • Accessible à l’ensemble de l’humanité.
  • Intégrée dans l’environnement.
  • Respectueuse de l’humain.
  • Ameliorateur endocrinien.

De la sorte, en rajoutant nos connaissances, la plante est alors prise d’un pouvoir extraordinaire et doit s’imposer à l’humanité comme thérapeutique de progrès et d’excellence dans un soucis de développement durable.

Et pour Le Sentier qu’en ait-il ?

Le Sentier, à travers les balades botaniques et les ateliers de transformation des plantes, désire de tout cœur, transmettre des connaissances acquises lors de découvertes et enseignements prescrits par des amoureux de la nature.
Avec Le Sentier, l’autonomie de chacun d’entre nous est renforcée !
Se soigner et s’alimenter avec les plantes sauvages peut devenir un exercice agréable excellent pour la santé.

La Santé passe aussi par Le Sentier !